rencontres du court metrage à montpellier du 28 au 30 septembre 2012- festival de cinema
A L'AFFICHE :
  • > Prochaine rencontres du court : 28 au 30 septembre 2012
  • > L’ESMA et le Gaumont Multiplexe de Montpellier vous invitent au Gaumont Multiplexe de Montpellier le vendredi 1e juin, 18h pour le vernissage de l’exposition ‘Projections’ présentée et réalisée par les étudiants en 2e année du Cycle professionnel photographie de l’ESMA.
  • > Devenez bénévole pour les rencontres du court
    Participez à la prochaine édition des rencontres
  • > André S. Labarthe, Parrain du Festival
  • Actualité

    LE BEL ETE

    Le bel été, un film de Catherine Paillé

     Lauréat de Rencontres du Court 2011


     
    « L'été, dans une petite ville au bord de l'Atlantique. Anthony a dix-huit ans, il est apprenti marin-pêcheur. Son patron, c'est son père : un homme qui partage sa vie entre deux femmes, deux foyers. Anthony, lui, est amoureux d'Océane, blondinette aux cuisses bronzées qui s'apprête à partir à La Rochelle pour y faire ses études. Selon Anthony, ce départ ne changera rien à leur relation. Mais Océane n'est pas de cet avis. »

    Les effets de lumière sont en général faits par le soleil, c’est une lumière naturelle. Tout un jeu est fait sur cette lumière du jour, la lumière du soleil différente suivant les moments de la journée.

    Les relations avec son père sont assez complexes, car c’est à la fois son patron et son père. On les voit rarement ensemble, ou lorsqu’on les voit, ce n’est pas vraiment une relation père/fils que l’on ressent, mais presque une relation employé/patron. Le père est séparé entre deux foyers, c'est-à-dire la mère d’Anthony et sa belle mère.

    On ne voit Anthony et sa mère vraiment ensemble que lorsque Océane a rompu. Cette scène est un peu chaleureuse, la lumière est douce. Il y a une sorte d’interlude, une scène montrant le reflet de la lune sur la mer, qui montre le temps qui passe, les minutes ; puis on revient sur Anthony et sa mère, Anthony s’est endormi ce qui confirme l’hypothèse du temps qui a passé. Mais cette scène montre aussi que malgré l’image de jeune homme qu’Anthony véhicule, il est aussi encore un enfant qui a besoin de réconfort.

    Tout sépare Anthony et Océane : l’un est fils de pêcheur et destiné à l’être à son tour, et elle étudiante à la Rochelle. Elle lui dit d’ailleurs lorsqu’elle décide de rompre : « On est trop différents ».

    L’ambiance du film est une ambiance de jeunesse, d’été et de vacances. La lumière qui est utilisée fait ressortir une sorte de pureté propre à cet âge. La caméra suit les mouvements des acteurs, mais il y a aussi des plans fixes, comme par exemple la vue sur la ville. Pendant le moment où ils parlent de l’avenir de leur relation, et de leur séparation, on les voit arriver dans un bois, chahuter, rire, être joyeux, la caméra suivant leurs mouvements, puis lorsqu’ils se sont posés, la caméra fait des gros plans sur leurs visages, les cheveux d’Océane font des ombres sur le visage d’Anthony, on sent une certaine mélancolie mais aussi qu’elle est distante alors que lui cherche le contact. On les voit aussi, lui en gros plan et elle en amorce, ce qui fait penser qu’elle est toujours là, mais pas totalement. Lorsqu’ils font une fête, le jeu des acteurs est très crédible et réaliste, car il utilise le langage des jeunes d’aujourd’hui. Dans la scène qui suit la séparation et l’épisode de la bague, Anthony est seul et pensif, assis au milieu d’hautes herbes qui sont projetées sur son visage par le soleil rasant de la fin d’après midi. Les ombres des herbes rappellent les cheveux d’Océane qui ombrageaient de même le visage d’Anthony, ce qui nous fait sentir une certaine mélancolie et nostalgie. Le film se termine sur des oiseaux et sur Anthony qui les regarde ce qui laisse penser que peut-être il envisage une nouvelle vie, un voyage (une migration)…

    Justine Larbiou (14ans, classe de 3ème)

     

     

     

     

     

    rencontresducourt.fr festival de court-métrage de cinéma à montpellier du 28 au 30 septembre 2012